Cuisine web

Depuis une dizaine d’années, nous assistons à un engouement massif pour la cuisine et à une démocratisation rafraîchissante de l’ « art culinaire ». Un art qui n’est désormais plus seulement réservé aux chefs étoilés, et qui s’ouvre de plus en plus aux femmes et aux amateurs.

La preuve en est sur le média de masse que représente la télévision, où émissions culinaires et concours amateurs s’enchaînent tout au long de l’année, frôlant parfois pour le téléspectateur l’overdose.

Et on peut dire que le web a largement contribué à cette mode de la cuisine. Dans les années 2000 le phénomène des blogs apparaît et dans la foulée celui des blogs culinaires lui emboîte le pas. C’est notamment dans ce domaine que les premiers rédacteurs amateurs vont pouvoir s’exprimer. Désormais, les blogueurs vont partager leurs recettes, prendre en photo leurs plats, tester des restaurants et s’improviser critique culinaires. Le succès est au rendez-vous et bientôt certains de ces amoureux de la gastronomie devenus incontournables, iront grossir les rangs comme candidats ou jury des concours culinaires télévisuels pour amateurs. La boucle est bouclée.

Aujourd’hui qu’en reste t-il ? Les blogs culinaires se sont peu à peu diversifiés et/ou enrichis, proposant un contenu « lifestyle » plus varié et un univers plus pointu et design. On constate par ailleurs, l’effet inverse où des blogueuses jusqu’à lors spécialisées dans la mode ou la beauté intègre des rubriques cuisine dans leur site. La raison de tout cela ? A mon sens, l’arrivée sur internet des réseaux sociaux et plus précisément d’Instagram et de Pinterest. Rien de plus facile aujourd’hui avec son smartphone de prendre une photo de son plat (home made ou restaurant), de lui appliquer un filtre et de la partager sur ses comptes. Les résultats sont en général immédiats et les like affluent. C’est encore plus vrai sur Pinterest où les belles images stylisées de plats en tout genre sont partagées à l’infini par la communauté.

Et c’est tant mieux ! Car je trouve que le web, contrairement à la télévision dont le format des émissions de concours amateurs peine désormais à convaincre (cf audiences en chute de programmes phares dans le domaine) a su faire évoluer la tendance du « foodisme » dans le bon sens, les blogs culinaires se sont renouvelés et perfectionnés offrant à  la gastronomie une créativité très dynamique. On assiste désormais à une nouvelle définition de l’art culinaire. Aujourd’hui on découvre toute catégorie de chefs 2.0 qui tirent leur épingle du jeu sur internet et offrent ainsi à leur établissement un beau succès, comme Bertrand Grébaut chef du Septime ou bien comme Chef Malonga dont le site va prochainement ouvrir mais dont le premier aperçu est prometteur, ou encore comme l’incontournable et très actif sur les réseaux, Jean Imbert. Des métiers de bouches ont aussi été remis à l’honneur comme les bouchers, les boulangers, etc.…, des vocations sont nées pour ces métiers devenus désuets, grâce à l’effet combiné des blogs et de professionnels ayant su surfer sur la tendance.

Désormais, cuisiner c’est aussi être connecté !

Et pour vous ouvrir l’appétit je vous propose de découvrir une sélection des 6 blogs et comptes instagram culinaires à suivre.

One thought to “[Edito]- Je cuisine donc je partage : la tendance de l’art culinaire 2.0”

  1. L’intérêt du blog est qu’il est souvent libre de sponsors ( dans un premier temps ) et donc rend compte de vrais intérêts, gratuits et indépendants. Or, ce sont les consommateurs qui font la tendance et le monde. Il est juste alors que ce soient les blogs qui ensuite montrent la marche à suivre. Oui, une vraie  » démocratisation rafraîchissante », la cuisine est désormais un secteur qui ne connaît pas la crise.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.